AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Black Flower

Aller en bas 
AuteurMessage
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Black Flower   Sam 5 Mai - 23:18

Prologue: Pluviale

Oublier cette nuit là. L'oublier, l'enfouïr au plus profond de son coeur. Si cela était possible, c'est ce qu'il ferait... Mais à jamais, dans sa mémoire, resteront gravés, le visage des personnes qu'il aimait le plus, et aussi, celui de l'homme qui leur a oté la vie... Dracule. Il lui a dit son nom. Pourquoi? A-t-il l'intention de revenir pour mettre en oeuvre ce qu'il lui a dit? Le sais-tu, toi? Black Sky Valentine?


- Valentine... C'est bien clair, à partir d'aujourd'hui, nous ne sortirons presque plus. Non, plus du tout. Peut-être que nous mourrirons de faim. Nous avons fait le maximum de provisions, mais... Je doute que nous tiendrons.
- Al, ne l'effraie pas... Ce n'est encore qu'un enfant...
- Il faut pourtant lui dire la vérité... Malgrès cette pluie, nous le savons tous, un vampire tient à dévaster la ville. Il ne faut ouvrir à personne.
- Mais...
- Ne dit rien. Nous sommes les parents de cet enfant, après tout. Toi, en tant que mère, préfère-tu voir Valentine mourir devant toi, ou rester encloitré dans une maison? Le choix est fait, je pense.
- Tu as raison. Mais s'il continue de pleuvoir, nous...

'Toc toc'. On toquait à la porte. L'enfant, sur les genoux de sa mère, se serra contre elle et ferma les yeux. Malgrès ses sept ans, il comprenait parfaitement la gravité de la situation. Il savait, que si quelqu'un toquait à la porte, par un orage pareil, ça ne pouvait être que lui. Ce vampire sanguinaire, qui tuait les gens et buvait leur sang pour les transformer en ghoules. Sa mère s'arma d'un cruxifix et le brandit devant, tout en serrant de l'autre main le petit Valentine. Le paternel, quand à lui, prit une icône représentant la Vierge Marie qui était accrochée au mur, ainsi qu'une épée. Il ouvrit lentement la porte... Et lorsqu'elle fut totalement ouverte, le tonerre frappa, non loin du village. Et une maigre silhouette s'avança.

- Bonjour... Je suis désolé de vous déranger, je m'appelle Dorian. Je suis un troubadoure, venu ici dans l'espoir de gagner un peu d'argent. Et j'ai entendu dire qu'un vampire hantait les dehors de cette ville... M'offriez vous de l'hospitalité, tout du moins, pour une nuit?

Al, qui quelques secondes auparavant était prêt à fendre l'air avec l'épée qu'il tenait en main droite, la rabaissa, et fit entrer le jeune, en lui présentant ses plus plates excuses. Valentine, lui, dès qu'il le vit entrer, ferma les yeux. Il savait, au fond de lui, que ce qu'il y avait de mieux à faire, c'était de faire immédiatement sortir cet inconnu. Troubadoure, ou non. Pour en revenir à ce dernier, il proposa de jouer au piano, en disant vouloir divertir. Il jouait excellement bien... Ne faisait aucune fausse note... Une mélodie douce... Qui soudain, se corsa.

- Je n'avait jamais entendu ça... Qu'est-ce que c'est?
- Oh, une vieille hymne sortie de mon esprit. Je l'ai composée spécialement pour vous. Je la nomme Prelude.

Au moment même où il dit ça, il termina par un accord grave et bien placé, puis laissa sa main droite glisser sur de fausses notes... Et se leva d'un bond, pour prendre le père du jeune Valentine par le cou, puis pour le mordre.

- Soif... A boi... Aaahh...

Comme une fleur qui se fanait, il tomba. Sous le regard ahuri de l'enfant, qui comprenait très bien la situation, mais était trop apeuré pour bouger, ou pour crier.

- Nul n'a besoin de ghoules morts. Ne partagez-vous pas mon sentiment, gente dame?

A peine eut-il finnit, comme ce le fut pour le père, il tua la mère. Elle se dessecha aussi, et tomba raide morte par terre, et n'eut même pas la force d'ordonner à son fils de courir. Mais retrouvant soudainement l'usage de son corp, il partit, courant à une vitesse folle pour échaper au monstre qui le suivait en ricanant. Il dévala les escaliers, et arriva au grenier. Il bloqua l'entrée grace à une chaise, et ne vit autre solution que de sauter par la fenêtre... Il se mit à l'oeuvre, monta sur l'étagère, ouvrit la grande vitre, pour se jeter dans le fleuve qui l'attendait en bas. L'eau était glaciale, mais il en sortit, et continua sa course, dans la forêt... Et vit à côté d'un arbre, sa mère.

- Mais... maman... Le vampire, il... il t'a tué... Comment se fait-il que tu sois là?

Il n'eut pour réponse qu'un cri strident et aïgu... Aussitôt, l'illusion qu'était son ancienne mère disparut, car il avait dans le dos ce qu'elle était actuellement... Un zombie à la peau dessechée, la bouche ouverte, bavant du sang, les yeux blancs, les cheveux de cette même couleur, les habits troués... Il n'eut autre reflex que la fuite.

- Pas ça, pas ça, pas ça, pas ça... Papa, maman... Pourquoi...

Il pensait tout haut, sans s'en rendre compte. Il voulait sortir de la forêt, mais trébucha soudain... Une main le retenait... Celle de son père, dans le même état que sa mère, désormais. Valentine cria le plus fort qu'il le pouvait, se débatit, et arracha la main de son père, tellement elle était fragile. Mais elle ne lacha pas prise, et resta accrochée à ses pieds, tandis que lui, restait là, à se remuer sur le sol. Mais au bout d'un moment, il ne sentit plus l'étreinte... Et vit une ombre s'abaisser sur lui...

- Coucou toi. Je me nomme Dracule.

Valentine vit en relevant la tête le visage de cet homme qui avait dévoré ses parents. Il le regardait de son regard aux yeux rouges, et l'enfant n'eut même pas le temps de crier, tant il voulait fuir. Mais il était bloqué... Des centaines de petites mains noires, le retenait, par les mains et les pieds.

- Ne t'enfuie pas comme cela mon enfant... Ne tiens-tu pas à faire partie des notres, les immortels et insondables enfants de la nuit?
- Pas du tout! Je veux vivre! Non, ne me tuez pas! Ne me mordez pas! Ne me réduisez pas à l'état de ghoule! Pitié, je...

Il ne se controlait même plus. Valentine pleurait. Il pleurait à chaudes larmes. Il ne voulait pas devenir comme ses parents, et encore moins, il ne voulait pas mourir. Le vampire ne put s'empêcher d'esquisser un sourire avant de lacher l'enfant et de le laisser fuir.

- Je ne veux pas d'un acolite qui pleure. Tache de grandir un peu, d'ici notre prochaine rencontre... Enfant de la nuit.

Et il disparut dans un envol de minuscules mains noires.
Quant à Valentine, il ne s'était même pas retourné pour entendre cela. Il courait, et sortit de la forêt, pour arriver devant une maison. Dès qu'il vit la porte, il se plaça devant et se mit à frapper avec ses petits poings dessus, en esperant qu'elle ne soit pas inhabitée et qu'on lui ouvre.

- S'IL VOUS PLAIT!! Ouvez-moi!! Bon sang!!! S'il vous plait! Je ne veux pas mourir! Je ne veux pas être un ghoule! Je veux juste... Vivre! S'il vous plaît! S'IL VOUS PLAIT! Bon sang!!

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: Black Flower   Dim 6 Mai - 0:14

Chapitre premier: Retour de la Prelude

Un cri de sursaut et un mouvement brusque vers l'avant du lit. Voici en gros ce que venait de faire Valentine. Une jeune fille aux cheveux bruns et aux yeux d'un vert indescriptible se tenait là, devant le jeune homme de vingt-deux ans, en sueur, qui venait de se réveiller.

- Maître... Vous avez encore rêvé de cette nuit?
- Premièrement, ne m'appelle plus "Maître"... C'est toi qui m'a sauvé, c'est donc ridicule... Deuxièment, je classerais plus ça comme un cauchemard qu'un rêve.

Valentine, dont les cheveux étaient devenus longs depuis, prit un verre d'eau et le but d'une traite. Il se leva, et ouvrit les rideaux. C'était ce soir, qu'ils allaient partir en France. La Transilvanie restait toujours aussi dangereuse, et il n'avait aucune envie de revoir Dracule. Ce Dracule, aux cheveux entre le blond et le roux, qui le regardait toujours avec son petit sourire sadique. Il savait que s'il revenait, il le transformerait en vampire. C'était une chose sure.

- Koda, le petit déjeuner est-il prêt? J'ai faim.
- Maî... Valentine, il est midi. Ce serait plus résonnable de déjeuner.
- Tu as raison. Qu'est-ce qu'il y a, alors?
- Et bien... Plus grand chose. Des légumes, et un peu de viande...
- Epluches-moi une tomate, s'il te plait... Mets-y un peu d'huile et... De l'ail.

C'était une manie qu'il avait, depuis que ses parents étaient morts. Il prenait toujours de l'ail dans ses repas. Valentine était un brin superficiel, sachant que tout cela n'était que balivernes, mais il en prenait quand même, de l'ail. Il regarda dehors, de ses yeux bleus clairs. Il y avait un monde fou, et il était impossible de distinguer qui que ce soit. Il s'assit à nouveau sur le lit, et se retourna vers la cuisine, où était Koda.

- Koda, dis-moi... As-tu fait les valises?
- Oui Valentine. Elles sont à l'entrée.
- Bien. Nous partirons dès que nous aurons mangé. Les chevaux doivent un peu marcher, et puis, je n'ai aucune envie que la pluie arrive.

Koda était celle qui habitait dans la maison où Valentine avait frappé à la porte il y a désormais longtemps. Elle avait des yeux d'un vert intense, légèrement en amande, et avait les cheveux plutot courts, qui cachaient ses oreilles et lui donnaient une petite frange qui masquait son front. Elle avait un profil d'où seul le nez fin ressortait, et avait les lèvres rouge sang. Elle était un peu plus petite que Valentine, mais restait avec un air mature, et ne laissait jamais paraître aucune émotion. Elle portait presque toujours une sorte de tablier, et était habituée aux taches ménagères.

- Voila... J'espère que je n'ai pas mis trop d'ail., dit-elle en arrivant avec le bol de tomates.
- Il n'y en a jamais trop.

Valentine, quant à lui, n'avait changé que très peu. Ses cheveux presque noirs, étaient longs s'arrêttant en diverses mèches au milieu de son dos. Une frange séparée en deux parties distinctes, d'ailleurs, si elles avaient été un peu plus longues, elles lui cacherait les yeux. Il avait la peau pale, casi-blanche, mais demeurait toujours d'une intense sérénité. Il savait que le jour ou Dracule reviendrait serait celui de sa mort, en tant qu'humain. Mais il continuait de vivre, malgrès tout, dans l'espoir de devenir un jour écrivain. Lorsqu'il eu finnit son bol de tomates, il se leva, et le posa sur la table de chevet.

- Tu va manger quelque chose, Koda? Il faut bien que tu prennes des forces, toi aussi.
- Non, je n'ai pas faim. Et puis, j'ai mangé une assiette de légumes pendant ton sommeil.
- Bon, très bien. Alors allons-y.

Il se leva d'un bond et se dirigea vers la cuisine, là où était aussi la porte d'entrée. Il savait que peut-être, en route, il le recroiserait... Mais il ne faudra pas qu'il le voit. Sinon... Il mourrait. Il ouvrit la porte séchement, et... Devant ses yeux, se tenait une silhouette un peu plus grande que lui, petit sourire narquois sur le visage et aux yeux rouges plissés.

- Comme c'est drole... J'allais toquer, et voici que l'on m'ouvre... C'est aimable.

Dracule. C'est celui qui est en face de Valentine, et qui le regarde de ses prunelles rouges. C'est cet homme qui a fait le crime de tuer ses parents... Lui. Il l'a sous ses yeux. Celui qui va le transformer en vampire.

- Dra... Dracule... Que...
- C'est bizarre, mais on dirait que tu t'y attendait un peu. Je me trompe? Alors je vais...

Il n'eut pas le temps de finnir sa phrase, mais il tomba en arrière. Une femme habillée presque comme une religieuse, aux cheveux d'un roux profond, pistolet rechargé, venait d'étendre à terre le terrifiant vampire.

- Je l'ai! Le Dracule! Celui qui pensait mettre à sa domination la ville! Je l'ai eu, moi, Maria Cross!
- Oui, vous m'avez eu, chère Maria, mais ce n'est pas comme cela qu'on tue... Un vampire...

Dracule se releva, et sourit de ses dents pointues et blanches à la pauvre femme, qui était terrorisée d'avoir mis en colère le plus terrifiant des vampires, et de plus, venait de prouver l'inefficacitée de son pistolet... Il se retourna... Sourit... Crispa ses mains... Sortit ses griffes... Du sang coula... C'était celui de... Koda.

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.


Dernière édition par le Dim 6 Mai - 17:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: Black Flower   Dim 6 Mai - 1:04

Chapitre deux: Entracte

- Ko... Koda!!

La jeune femme venait d'intercepter la griffe du vampire. Sa main, aux ongles devenus durs tellement ses griffes étaient puissantes, devait transpercer Valentine. Mais seulement elle s'était interposée. Elle l'avait sauvé.

- Koda mais... Pourquoi as-tu fais ça? Koda!!
- Valentine... Sache que ce n'étais pas pour te sauver que je t'ai protégé... Mais pour que tu ne revoie pas ta mère ou ton père, car même au Paradis... Je suis sure que tu leur en veux.
- Eh bien, voila un beau meurtre en perspective! Je peux être fier de moi! rugit Dracule en retirant du ventre de Koda sa main taché de sang.

Il ricanna, et évita la balle qu'il était sensé se prendre dans la tête. Dans un amas de petites mains noires, il disparut et ré-aparut derrière l'exorciste.

- Vous et votre Ordre de Crusix... Vous ne pensez quand même pas me tuer?
- Ohh, non, il a deviné! Mais quel vilain vampire! Bouh bouh bouh, on va le ligoter, l'emprisonner, et le juger coupable parce qu'il a un cerveau assez grand pour comprendre nos intentions! Et bien oui.
- Hum. Ton humour est peut-être grand mais tes paroles vides.
- Ha, môssieur le Dracule ne me tue pas? Peut-être que le sang de baptisé n'est pas bon pour son ADN?

Comme il avait disparu et ré-aparut derrière Maria, il le fit pour arriver devant Valentine, sur le corp de Koda évanouie.

- Cette petite est pleine de ressources... Je lui ai transpercé en plein milieu l'estomac, mais elle vit... Et pour répondre à ta question, ma chère soeur... Elle était baptisée.

Dracule ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en arrachant du cou de Koda une petite croix représentant le Christ. Il la tendit devant la soeur, et reprit;

- Ce ne sont ni icônes ni croix qui me tueront. Je ne suis pas un simple vampire. Je suis un éternel. Un de ces êtres uniques qui ne meurrent pas... Un de ces êtres nommés par Dieu pour tuer. Un de ces êtres crées par Lood... Ce...

Il ne continua pas sa phrase, mais brisa dans son poing le cruxifix.

- ... Crevard? continua Maria. Je suis au courant, pour toi, Dracule. Sache que t'enfuire en France avec lui là, derrière-toi, ne te sauvera pas. En tant que chef de l'ordre de Crusix, je sais très bien la localisation des vampires les plus dangereux, Dracule. Je sais même ou est ton vieil ami, Philippe Notorades, en gros, Phil...
- Phil?! Tu...
- Ha, mais c'est qu'il est choqué, le pseudo Dracula! Sache pour ton interêt, que nous ne vous laisseront pas faire.
- Et bien, je te tire mon chapeau... Avé Maria...
- ... Te tire pas! Noon, pas comme ça! Hey!

Elle avait beau l'interpeler, Dracule disparaissait dans cet amas de petites mains noires. Valentine ne se rendait pas compte qu'il était encore en vie... Dracule... Il l'avait revu... C'était toujours le même... Mais qui était Lood? Et Phil?

- Roh, et merde. Oh, pardon seigneur, j'ai dit merde, merde. Ah, et re-pardon, merde. Bon, merde de merde!!! Je ne le dirais peut-être pas assez. Bah.

Maria se rendit compte qu'elle avait en face d'elle le fils du couple victime de l'oeuvre de Dracule. Elle s'eclaircit la gorge, et s'en aprocha. Ses yeux d'un vert rappellaient ceux de Koda, mais ils étaient un peu plus clairs. Son visage fin se terminait directement en un petit menton. Et ses mains avaient des ongles assez longs, mais arrondis.

- Hé, ça va? Je me présente, Maria Cross. Je suis la directrice de l'ordre de Crusix...
- ... Oui, j'en ai entendu parler. Ces exorcistes qui s'occupent des vampires, comme Dracule?
- Oui, et j'en suis la prési...
- Hmmm...

Une voix étouffée venant de sous les pieds de Maria, poussa un gémissement. Elle se dégagea aussitôt, car elle était en train de piétiner Koda.

- Euuuh, Koda? comença Valentine.
- Oups, j'lui ai marché dessus. Bon, bah... Pardon, euuh, comment?
- Elle s'appelle Koda Miruzu. C'est une émigrée japonaise.
- Ah... Ouais, j'le savais, de toutes façons. Bon, si tu permet, je l'emmène avec moi... Je suis désolée, tu devras faire ton voyage tout seul, mais si je forme cette fille en exorciste, elle serait redoutable. Elle a une volontée de fer...
- Hum, si vous le dites. Je ne peux que partire, de toute façon...
- Euh, hé.
- Oui?
- Fais attention à toi. En France, il y a un vampire aussi, voir plus, dangereux que Dracule. Il s'appelle Philippe Notorades, mais tout le monde le craint sous le nom de Phil. Tu le reconaitra parce que... Euuh, d'après les données, il est toujours en smoking avec une sorte de chapeau de magicien de cabaret... Enfin tu verras! Bref, évite tout contact!
- ... Bien.
- Ah, et aussi... Y'a la petite comptesse. Elle doit tout juste avoir 14 ans, mais elle reigne déjà sur tout le bas de la France, là où tu vas arriver. Si jamais tu rencontre Phil, va la voir. Elle s'appelle Rose Noire.
- C'est un joli nom...
- Euh, ouais peut-être. Mais au fait, toi, tu t'appelles comment?
- Heu, et bien, Black Sky... Enfin, Valentine Black Sky.
- Oulah, trop compliqué pour moi ça. Désolée, mais j'aime pas l'anglais. Je vais t'appeller Val, ok, Val? Bon, moi ça me va. J'y vais, si tu permet...
- Euh, oui, très bien... Donnez-moi des nouvelles de Koda!
- No problemo, amigo! Allez, à plus!

Maria repartit dans l'espèce de petite voiture qu'elle avait... Tandis que Valentine, tentant de se dessaisir des questions qui le tracassaient, ferma les yeux et leva la tête au ciel.

- Pourquoi êtes-vous partis? Père, mère... Je ne comprend plus rien...

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: Black Flower   Dim 6 Mai - 15:17

Chapitre trois: Nocturne

Enfin, la nuit était tombée. Valentine ne s'était toujours pas remis de l'absence de Koda, celle avec qui il avait habité depuis son enfance. Ses parents étaient morts quand ils avaient seize ans, et seuls, tous deux, ont dut s'adapter pour vivre. La grande maison qu'elle habitait, était autrefois magnifique, mais depuis que plus personne n'en jardinait les environs, elle était rongée par les lierres. Valentine se comparait souvent à la maison, et son passé aux lierres. Mais Koda le réconfortait toujours en lui apportant un verre de thé, boisson qu'elle confectionnait à merveille, typiquement anglaise, rappelant au jeune homme ses origines. Mais aujourd'hui, il n'aura plus de maison ou de lierres pour s'y comparer, il n'aura plus d'âme réconfortante lui apportant à boire. Il devra s'accrocher au présent, et fuir Dracule en France. Et surtout, comme le lui avait demandé Maria... Faire attention à ce Phil. Il n'avait aucune raison, et aucune envie de mourir. Il leva une dernière fois le regard, pour le porter sur le haut de la maison, là où était une fenêtre. Quant il sortait dehors, il avait l'habitude d'y voir Koda lui faisant un signe de main. Il soupira, et demanda aux anges des cieux d'être cléments avec lui.

Il pleuvait. Il pleuvait, et Valentine était dans une calèche tirée par deux chevaux. Il pleuvait, Valentine était dans une calèche tirée par deux chevaux, et cette petite escorte traversait une forêt. Une forêt remplie d'arbres, tous plus tangants les uns que les autres, aux feuilles noires et sinistres. C'était dans cette forêt là que les parents de Valentine lui avaient laissé le plus mauvais souvenir de son existence. Il avança sa tête hors de la bâche qui servait de toit à la calèche, et regarda sur ses côtés. Il vit la silhouette d'une femme desséchée, la bouche ouverte comme si elle criait et appelait au secours. Mais heureusement, elle ne bougeait pas, et s'était enfoncée le corps à moitié dans les immenses racines de l'arbre à ses côtés. Valentine remit aussitôt sa tête dans la calèche, car il n'avait aucune envie de recroiser d'autres ghoules, qu'ils soient dans un état aussi piteux ou pas. Soudain, les chevaux hennirent en coeur et se stoppèrent nets. Le jeune homme, non rassuré, se tira à nouveau hors de la bâche, leur tapa un peu le flanc, mais rien à faire, ils ne bougeaient pas.

- Nom de Dieu, qu'ont-ils? Je n'ai ni bâton ni carottes, de plus...
- De plus il fait trop noir, tu pourrais te frapper avec ton bâton.

Il ne savait pas qui avait parlé, et ça l'angoissait. Etait-ce Dracule? Non, ce n'est pas possible. Les chevaux se redressèrent brusquement, coupèrent la solide corde par laquelle ils étaient attachés à la calèche, et s'enfuirent.

- Qu'est-ce que... Hé!

Valentine n'était pas assez stupide pour sortir de sous la calèche pour leur courir après. Il allait devoir traverser la route à pied, enfin, tout du moins jusqu'à ce qu'il trouve ou retrouve un moyen de transport. Le mieux était de faire demi-tour, mais il entendit soudain un chant... Une chanson douce, chantée par une voix assez grave...

- Doux instant, sens en ta présence le bonheur mais le malheur, doux moment, ne me quittes pas sous peine de pleurs, douce présence qu'est la tienne, ne t'enfuies pas pour un monde meilleur.

Et ça continuait... Valentine ne se sentait vraiment pas rassuré. Instinctivement, il sortit de sous la bâche, et tenta de s'enfuir. Oui, voila, s'enfuir... La ville était au bout de la forêt. Il commença à courir, mais fut arrêté net par des minuscules mains noires qui le retenaient sans le lâcher. Dracule! C'était lui le seul pouvant être capable d'invoquer ces mains. Et quand il y pensait... Il n'eût qu'à cligner des yeux pour le voir apparaître devant lui.

- Dracule! Lache-moi!
- Quel vilaine haine, n'est-ce pas? Voyons, si c'est la France que tu souhaites, et bien tu auras la France. Si c'est un café à la noix de coco que tu souhaites, et bien tu auras ton café à la noix de coco. Je pourrais tout t'apporter en claquant à peine dans mes doigts. Je te demande juste de faire partie des nôtres...
- Pas question! Je veux juste vivre tranquillement et être écrivain! Je n'ai pas besoin d'avoir le monde à mes pieds pour être heureux, moi!
- Ah bon? Sais-tu pourtant que c'est très agréable, la vie là où on a tout...
- Alors, si c'est toi qui dit ça, pourquoi ne t'en contentes-tu pas? Pourquoi viens-tu me chercher?

Valentine ne savait pas si ce qu'il venait de dire était juste, ou s'il aurait simplement dut se taire. Il avait un vampire en chaire et en os sous ses yeux, un vampire qui avait juste besoin de toucher quelqu'un avec ses ongles pour le transpercer.

- Sache mon brave ami, que je n'ai pas voulu une telle aparence. Si je l'ai eût, c'était à la base pour servir mon maître, Dracula, le roi le plus sanglant connu. S'il m'a donné un pouvoir aussi imense, c'était, je le savais, pour le tuer, le débarasser de la pourriture qu'il était devenu. Et maintenant, avant de pouvoir me juger heureux, je me dois de tuer certaines personnes... Tu ne voudrais tout de même pas t'ajouter à la liste de ton gré?
- Dracule... Qui sont ces personnes? Que t'ont-elles fait de mal? Je veux savoir aussi pourquoi c'est nous que tu as attaqué quand j'avais sept ans. Je tiens à savoir! Dis-le moi, et tues-moi, si ça te chantes, mais je n'ai aucune envie d'être un vampire!
- Pourtant... C'est ce que tu seras. Demande pardon à qui tu veux, il en est encore temps.

Comme ce le fut pour ses parents, il n'eût qu'à terminer sa phrase, pour se retrouver dans le dos de Valentine. D'un geste brusque, il dégagea les cheveux qui cachaient son cou, et le mordit de ses canines pointues.

- C'est... A boire... Hugh...

Valentine suffoquait, il n'arrivait plus à respirer. Dans son dos, Dracule prit une espèce de petite bague bleutée, et se perça la peau. Il mit sa main devant le jeune homme en train de se déshydrater, et il n'eut pas besoin de lui demander pour qu'il se mette à boire le sang qui s'était mis à couler de sa peau blanche. Dès qu'il s'était arrêté de couler, il tomba dans le pommes, mais le vampire le rattrapa.

- Ne vide pas le sang de ma main entière, je suis droitier... héhé...

Dracule prit Valentine devenu ainsi un vampire, et le monta sur ses épaules. Il eût un sourir narquois, et recomença sa chanson, basse et douce.

- Doux instant, sens en ta présence le bonheur mais le malheur, doux moment, ne me quittes pas sous peine de pleurs, douce présence qu'est la tienne, ne t'enfuies pas pour un monde meilleur... Je n'ai nul besoin de te demander ta main pour voir le sang couler sur la pomme... Je souhaite juste voir de tes blanches dents s'esquisser un sourire, de quoi me rendre heureux, je souhaite juste te voir te raidir, et tomber aux cieux.

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.


Dernière édition par le Dim 6 Mai - 17:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: Black Flower   Dim 6 Mai - 17:36

Chapitre quatre: Symphonie par les yeux d'un Vampire

Dracule. C'est le nom que j'ai reçu, pour une sombre raison. Il me vient de mon maître, Sir Dracula. Le roi le plus sanglant qu'ai put conaître notre histoire. Il m'avait pris pour diciple, et m'avait donné du sang de vampire, à moi, alors que j'étais en plus bas âge. D'après les règles que nous devons respecter, nous autres Eternels, nous avons interdiction de boire du sang de mort, interdiction d'aimer un humain, et n'avons plus la possibilité de grandir. Mais Dracula, lui, n'avait peur de rien. Mon maître avait pour maîtresse une humaine, il léchait son épée trempée dans le sang d'hommes qu'il avait tués, et m'avait donné la facultée de grandir. Mais Lood l'avait vu. Se serait-il tiré de son éternel sommeil pour lui imposer un chatiment? Peut-être bien, c'est dans le possible, en tout cas. Après lui avoir fait perdre la vue, il le rendit fou, et le poussa à tuer sa propre fille. Refusant de le voir agoniser ainsi, il a fallu que je me mette à l'oeuvre... Je l'ai tué. Encore, je dois avoir sur mes griffes des traces de son sang noir. Sang royal, certes, mais cela reste le sang de mon maître, l'un de mes plus chers amis. Mais je ne comprend pas... Car il ne fut pas le seul, à enfreindre les règles... Phil, l'as-tu oublié?

- Hmm...
- Ah, tu es réveillé, cher ami.

Je suis content de voir qu'il n'a pas un sommeil trop long. Ca aurait put me gacher la journée, j'en aurais été déçu. Il s'est réveillé... Ce cher Valentine Black Sky.

- ... Ko... Dracule!
- Hé oui, cher ami. Pourquoi as-tu l'air déçu? Tu t'attendais à revoir ton assistante sur-excitée déguisée en soubrette prête à servir tes désirs? Et bien c'est dommage. Je suis aussi désolé de n'être qu'un homme, non pas une excitante bombe.
- Qu'est-ce que tu racontes?! Koda est juste mon amie!
- Ho, aucun humour, pauvre Valentine. Il faut peut-être te choquer dans la vie, pauvre humain... Non, pauvre vampire! Regarde-moi ces yeux bleus ideux! Oh, désolé, tu ne peux pas te voir dans le miroir, maintenant. Mais que c'est bête, allez, pleurons tous ensembles! Tu veux un mouchoir?
- Cesse d'essayer de me faire rire! Dis-moi ce que tu m'as fait!
- Je t'ai juste fait boire mon sang. Et désormais, nous sommes bons pour un an d'entrainement minimum, cher ami!
- D'entrainement à quoi?!
- Oh, retire immédiatement tes idées dégueulasses, je te prie. Je vais juste t'aider à te maîtriser en tant que vampire.
- Dracule...
- Tt, tt, tt. On dit "maître"!

Je lui ai tourné le dos pour lui faire comprendre que désormais, c'est comme ça qu'il me verrait. Il devra aprendre à me suivre. Enfin... Ce n'est pas gagné. Il faudra vraiment lui faire rentrer dans sa cervelle de moineau que c'est un vampire, parce qu'il n'a pas trop l'air de comprendre... haa, courage, Dracule.

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Tomate épluchée
Suggar Adict ~ Prêtresse des Pandas ~ Adoratrice de Gojyo et de Nii
avatar

Nombre de messages : 117
Age : 28
Localisation : Le royaume des songes
Date d'inscription : 30/04/2007

MessageSujet: Re: Black Flower   Dim 10 Juin - 0:22

Chapitre cinq: Valse

Triste mais admirable fin. Valentine Black Sky grandissait en tant que Vampire... Mais avait toujours ses yeux bleus. Chose qui desesperait Dracule. Certes, il avait développé ses crocs, ses griffes, ses sens, ses pouvoirs, mais était resté, physiquement, un humain. Tandis qu'ils se raprochaient de plus en plus de la France, le descendant de Dracula se faisait réellement du souci pour son disciple qu'il ne cessait d'entraîner, et qui pourtant, se rebuttait à vouloir prendre définitivement ses attributs vampiriques.

Koda lui manquait terriblement. Ce vide avait le don de le faire pleurer. Mais Dracule et son réconfortement douleureux l'obligeait, tant bien que mal, à sécher ses larmes et à se relever. Ce Vampire, pourtant si froid, avait un grand coeur. On ne pouvait le comprendre qu'en le conaissant. Son sourire remplis de dents pointues et blanches avait une certaine manière de glasser le sang. Mais on s'y faisait vite. Il essayait de devenir, tant bien que mal son ami, mais se faisait traiter aussi bien qu'un esclave. C'est ce qu'il était, après tout. Le disciple de l'un des plus grands Vampires. Dracule. Maître de la nuit. Doigt noir. Sang pourpre. Tant de surnoms... Inutile de vous en faire la liste.

Le but de cet homme était, bien sur, la France, tout comme Valentine. Et eux deux avaient cet objectif comun: Rose Noir. Pour le jeune Vampire, c'était dans le but de lui dénoncer Dracule. Quant à cet affreux être, c'était tout simplement de noirs dessins qu'il manifestait envers cette fameuse fleur. Ainsi avait-il décidé de l'apeller... Fleur de Vie. La raison? Inconnue. Seul espoir: tomber sur elle avant lui. Une sorte de course à retardement.

Mais quelques mois plus tards, ils arrivaient au sud de la France. Valentine ne pouvait pas se séparer de Dracule, car il avait le pouvoir de le tuer à n'importe quel moment. Les interdits des Vampires, choses qui leur permettaient de mourir, étaient: boir du sang de mort, s'enfuir de leur maître, faire preuve d'irrespect envers leur propres ghoules, et enfin... Aimer une Fleur. Chose incomprise par Valentine, mais peu importe. Il n'avait nulle intention de succomber aux charmes d'un végétal.

Etait-ce réellement un simple végétal qui brillait dans les yeux de Dracule? Non, bien impossible. Mais ce soir là, il en était semblé autant... Car, ils avaient, ensemble, pénétré dans la demeur de Rose Noir. La descendante, et donc dirigeante de la partie basse de la France. En son sommeil, les deux Vampires s'étaient incrusté dans sa chambre, et là, le blond avait demandé à l'autre de rester plus loin. Qu'allait-il faire? Cette question! La mordre. Il ne se fit pas attendre. Après l'avoir réveillée brusquement, il la mordit au nivau du cou, et se perça la peau avec ses ongles. Il lui laissa boire de son hémoglobine rouge, et retira sa main lorsqu'il jugea bon de la laisser roupiller. Et elle s'endormis. Valentine eut la charge de la porter jusqu'à la petite auberge là où ils logeaient, pour l'instant.

- Dracule... Pourquoi as-tu fait ça?
- Pour voir cette fleur noir et blanche s'épanouir... En quel point ceci te dérange?
- Ca me dérange! Mais oui! On entre, tu la tue, et puis...
- Et là, tu te rebelles? Sache qu'il ne me suffira que de claquer dans les doigts pour te tuer, Black Sky. Alors pour une fois, obéis au supérieurs.

Et sous sa cape noire revêtue pour l'occasion, il tourna dos au brun, et lui fit signe de le suivre. Ils s'enfuirent ainsi, dans le plus grand silence, avec eux, pour seul accomagnement, les braises d'une chauve-souris aux yeux jaunes étincellants.


- Dracule. C'est proche de Dracula... Hum. Ainsi, c'est le nom de mon meurtrier?

Ces lèvres rouges comme le sang s'étaient mise à parler, une fois éveillées. Celles de Rose. Plutôt furieuse face à son assassin, elle ne jeta même pas un regard à l'autre, qui, quant à lui, avait les yeux rivés sur ce jeune visage fin, plutôt arrondi, à la peau plus blanche que la neige, et aux yeux... Rouges. Même elle, était plus forte que lui.

- Simple à retenir, non? Si j'ai ainsi hérité du nom de mon maître, c'était dans une simple part de respect. Non pas de quoi que ce soit d'autre.

Et l'autre lui avait répondu. Ses cheveux blonds or attachés dans sa nuque frisaient très légèrement. Son visage plutôt allongé était parfaitement allié, lui aussi, d'une peau blanche. Ses yeux de braise pétillaient sous les fins ciles qui les retenaient encore dans leur pupille. Il allait peut-être dévoiler son but à elle. Tandis qu'il lançait un regard à Valentine, mine de dire: "même elle est plus forte que toi", il détourna ses yeux vers la fenêtre aux vers brisés qui les liaient tous

*to be continued*

_________________

La mémoire est cruelle. Si elle est silencieuse, on oublie tout. Et si elle parle, on reste prisonniers.
Si tu restes têtu et que tu refuses d'écouter ton coeur... Autant le jeter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://prelude.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Black Flower   

Revenir en haut Aller en bas
 
Black Flower
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Books (série anglaise)
» [THEME HD / HD2][Manila 2.5 ROM HD2 HTC Officielle] RED-Black
» [THEME] LASKARTHEME V2 "Black","Blue","Green" and "Transparent"
» Bleach 374 - Gray Wolf Red Blood Black Clothing White Bone
» Nouvelle Barbie ...Black Canary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heaven :: Alice nine :: Lyrics/trad/download-
Sauter vers: